ACTION PUBLIQUE

OPPIDUM, modèle de gouvernance pour les territoires

AMOTICE_OPPIDUM-art8

C’est l’une des problématiques pour lesquelles le dispositif OPPIDUM, Observatoire des Pratiques Pédagogiques Innovantes et Des Usages du Multimédia, a été conçu et mis en place par la maire adjointe aux usages numériques de Saint Maur des Fossés (Val de marne),  Pascale Luciani-Boyer, par ailleurs en charge des questions Education et Numérique pour l’AMF, et membre du Conseil national du Numérique.

 

Réfléchir avant d’agir, en impliquant tous les acteurs concernés

Suite au triste constat des faibles usages des Tableaux Numériques Interactifs acquis par la commune, et consciente très en avance, que la réussite d’un projet numérique dans les écoles repose essentiellement sur l’implication des acteurs concernés, Pascale Luciani Boyer, a très rapidement, organisé une gouvernance autour d’un triple partenariat : L’académie  de Créteil, la ville de Saint-Maur-des-Fossés et l’Université René Descartes.

« Oppidum est né de la volonté de mieux allouer les ressources pour accompagner la réussite scolaire par le numérique ( 1€ investi = 1€ utilisé), couplée au constat que les moyens investis dans l’école numérique jusqu’à aujourd’hui ont davantage répondu à une volonté de modernisation qu’a une réflexion sur son efficacité », explique Pascale Luciani-Boyer.

L’objectif est avant tout de mener une réflexion mutualisable sur les dispositifs les plus performants tant sur les plans des réponses pédagogiques que sur ceux liés à l’utilisation réelle des investissements, à une recherche d’indicateurs pertinents de suivi, et un accompagnement de mise en œuvre.

« Les achats d’équipements restant du ressort des collectivités, il était légitime que celles-ci se posent la question de l’efficience avant de faire les choix d’investissement avec le fruit de l’impôt collecté. Pour répondre à ces choix, le seul recours de l’Éducation nationale n’y aurait pas suffit », précise Pascale Luciani-Boyer.

A cet effet, aux côtés des services déconcentrés de l’Education Nationale, le CRDP, des responsables du périscolaire, des services municipaux et des élus délégué à l’Enseignement et aux Usages Numériques réunis au sein d’un Comité de Pilotage, l’unité de recherche spécialisée constituée de chercheurs et doctorants du professeur Georges-Louis Baron avait pour mission de renseigner les décideurs municipaux sur les usages à l’école des TICE et permettre la mise en place d’un dispositif prospectif d’analyse des besoins dans ce domaine.

Il s’agissait donc non seulement de produire des connaissances (à partager  en mode Open data) mais aussi de fournir aux acteurs concernés des ressources pouvant avoir une dimension formative.

Comme nous le confirme Pascale Luciani-Boyer : « Après avoir décidé du choix d’investir dans les dispositifs numériques pour ses écoles, la collectivité s’est donc donné le temps de la réflexion et de la concertation auprès des quatre acteurs que composent les politiques éducatives des villes : les enseignants, les parents, les élèves et les animateurs municipaux ».

Cette étude  recherche-action  à caractère scientifique avait donc pour objectif dans un premier temps de mener une étude exploratoire de faisabilité auprès des enseignants, des animateurs des centres de loisirs mais aussi des élèves, des parents d’élèves, de comprendre et appréhender :

  • les habitudes d’usages et les freins de chacun sur les équipements et outils informatiques et numériques
  • leurs réels besoins en équipement et ressources numériques, selon leurs objectifs.

Les COCA : Des concertations dans chaque école.

Suite aux résultats de cette étude, le dispositif OPPIDUM prévoit la tenue dans chaque école de COCA : Comité Oppidum de Consultation Active.

Chaque établissement scolaire primaire, suite au conseil d’école, est doté d’un comité de citoyenneté avec pour mission d’aider aux choix des dispositifs d’école numérique (matériels, logiciels, suivi, formation…) et d’assurer le suivi en participant à l’évaluation et à la pertinence de ces investissements scolaires.

Cette instance de consultation entre parents, enseignants, élèves et animateurs  a pour objectif d’apporter une réponse la plus près des besoins numériques de chaque école et des possibilités d’usages des enseignants.

« La composition du COCA est le reflet du regard croisé des différents acteurs concernés et permet une participation citoyenne au sens premier : des acteurs de la cité qui collaborent  aux choix des investissements de la ville et à leurs évaluations » précise Pascale Luciani-Boyer.

« La responsabilité de tous est ainsi engagée pour se prémunir du gaspillage d’argent public en adaptant les réponses apportées et en suivant de près leur utilisation. Chaque parent, enseignant, élève et animateur de la vie éducative de l’établissement peut devenir acteur du dispositif Oppidum ».

Des indicateurs de suivi pour ajuster les besoins

La dernière étape du dispositif OPPIDUM en cours de réalisation, avec l’accompagnement de l’université, est d’établir des indicateurs de suivi qui serviront d’aide au choix pertinent pour suivre le bien fondé des investissements et l’évolution des usages.

Car rien n’étant immuable, les enseignants et les co-acteurs d’oppidum se donne  droit à l’erreur. Aussi, un suivi permanent des utilisations  des matériels, s’impose pour un réajustement continu des besoins en matériel, logiciel ou ressources numériques et en formation.

Un dispositif reproductible pour les territoires

  • Eclairer les acteurs sur les questions d’équipements, d’infrastructures et sur les actions d’animation et de formation à mettre en œuvre,
  • Intégrer l’usage du numérique dans la pratique éducative des élèves de façon transversale,

Sont ainsi les principaux objectifs auxquels répond le dispositif OPPIDUM dans un souci d’efficience.

Ainsi, OPPIDUM permet par son concept d’articuler à travers la mise à disposition des équipements et ressources,  des solutions de continuité éducative entre le scolaire, périscolaire, et le périéducatif, entre l’école et les familles, entre l’école et le collège.

Mis en pratique à Saint-Maur, le processus du dispositif OPPIDUM a été conçu pour être partager avec d’autres villes.

Comme l’exprime Pascale Luciani-Boyer, « le projet Oppidum placé sous le haut patronage de l’AMF s’inscrit dans une logique de mutualisation de la démarche pour en faire profiter notamment les autres territoires, mais aussi l’ensemble de la communauté éducative ».

 

Avis aux lecteurs de cette rubrique :

Appel à Témoignages de collectivités engagées ou en projet sur le numérique et la refondation de l’école : vos réactions concernant le projet de loi, vos initiatives, vos idées et propositions, et les problématiques que vous rencontrées, contactez-nous!

Merci d’envoyer vos mails à mfb@amotice.com, ou vos coordonnées sur twitter @amotice, pour nous faire partager votre expérience.

Retrouvez tous les articles de MF. Bodiguian dans la rubrique « Refondation et collectivités » ici

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top