POINT DE VUE

Les Centres de Connaissances et de Culture : lieu d’apprentissage du numérique ?

130620124fd893bf42eeaUn article d’Olivier Ertzscheid dans Le Monde soulève le débat…
« Et si on enseignait vraiment le numérique ? » tel est le titre d’un article d’Olivier Ertzscheid publié dans le journal Le Monde du 3 avril 2012 dans lequel il est notamment écrit : « Il faut enseigner la publication. De sa naissance jusqu’à sa mort, le web fut et demeurera un média de la publication ». Entièrement d’accord avec ces propos, cet enseignement pourrait d’ailleurs être dispensé dans un futur Centre de Connaissances et de Culture (CCC). Acronyme nouveau qui remplacera, peut-être, celui que nous connaissons depuis la circulaire du 23 mars 1973, à savoir le CDI.

L’établissement scolaire, peu de changements depuis de très nombreuses années…
Si vous prenez Google Maps et que vous zoomez sur un établissement scolaire, que voyez-vous depuis de très nombreuses décennies ? Deux parties : l’une consacrée à l’administration pour le bon fonctionnement, l’autre à la pédagogie où cohabitent des « grands » et ceux qui le sont moins… en d’autres termes : des professeurs et des élèves. Leur « habitat »… n’a pas beaucoup changé… salles de classe avec tables et chaises, l’estrade a disparu à de très rares exceptions près.

Il faut cependant apporter des nuances, le tableau qui a changé de couleur : du « noir » au blanc et de plus en plus interactif. En effet, l’installation du TNI ou Tableau Numérique Interactif est en train de se généraliser dans les établissements scolaires. Les professeurs qui peuvent les utiliser et qui ont eu une formation pour l’apprentissage de cet outil ne souhaitent plus revenir en arrière. Les éditeurs maintenant proposent des versions allégées, souvent gratuites ou payantes (version « enrichie ») de leurs manuels qui sont projetables sur le TNI. C’est une avancée considérable dans la pédagogie.

Le Centre de documentation et d’information…
Souvent central, au « cœur » de l’établissement diront certains… se trouve le CDI ou Centre de Documentation et d’Information. Celui-ci naît à Paris en 1958 au lycée Janson de Sailly à l’initiative d’un proviseur plein d’idées, Marcel Sire (il s’est d’abord appelé le Centre Local de Documentation Pédagogique). Un CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat et à l’Enseignement du Second degré) créé en 1989 donne sa légitimité à cette profession.

C’est ainsi qu’une nouvelle dénomination apparaît : professeur documentaliste. C’est un enseignant à l’image de son lieu : unique, singulier, sans classe attitrée mais avec élèves, tous les élèves, bibliothécaire et aussi professeur travaillant souvent avec ses collègues des disciplines « classiques ». Le CDI à l’instar de la bibliothèque municipale a de nombreuses ressources « papier » : livres, documentaires, BD, classeurs pour l’orientation,… mais dorénavant il doit faire face à l’accès, via internet, aux ressources numériques en ligne.

La révolution technologique est en marche…
Depuis cette date, quelques changements technologiques sont apparus et en particulier la transformation des supports d’information, passage du papier à la digitalisation, permettant d’obtenir du contenu via un contenant accessible à tous, à tout moment et en tous lieux. C’est la « révolution » des réseaux et surtout du premier d’entre eux, le Web ou le réseau des réseaux. L’accès aux livres et à la presse « papier » demeure et cohabitent souvent en bonne harmonie étagères pour les livres ou documentaires et écrans d’ordinateur pour un travail local (traitement de texte le plus souvent) ou l’accès à des ressources numériques (les logiciels documentaires sont maintenant accessibles depuis l’extérieur et donc du domicile des élèves, ils peuvent ainsi prendre connaissance des ressources documentaires de leur CDI). Peu à peu des objets nomades apparaissent : Smartphones, tablettes numériques et autres liseuses à encre électronique…

Néanmoins l’espace est toujours occupé par les élèves pour travailler en groupe ou en autonomie ou pour une lecture plaisir. Loin d’être déserté, c’est aussi un lieu où le lien social se construit sous le regard bienveillant du professeur documentaliste. L’élève manifeste sa joie quand un professeur est absent, par contre il n’aime guère trouver « porte close » au CDI. C’est tout le paradoxe de la société numérique, il suffit d’une connexion à internet pour accéder au contenu et cela devrait diminuer la fréquentation des bibliothèques, ce qui n’est pas le cas. Toutes les études le montrent, les étudiants ont besoin de lieux physiques (agréables…) pendant leurs scolarités et surtout à l’approche des examens, endroits rassurants qui restent chargés de valeurs.

L’explosion des réseaux sociaux et de la mise en circulation de l’information…
Cependant, isoler le monde éducatif de la société n’est plus possible. Si vous fermez la « porte » aux réseaux sociaux ou autres moteurs de recherche, ils rentreront par d’autres « fenêtres » et inlassablement essaieront de capter votre attention pour placer leurs publicités. Nous vivons dans une société dans laquelle l’écran focalise les regards de chacun. Les élèves n’échappent pas à cette marchandisation malgré l’instauration de règlements intérieurs dans les établissements scolaires.

Pourquoi ne pas ruser, et faire semblant de les utiliser pour transmettre des connaissances ? C’est le moyen de motiver cette population si souvent sollicitée et de plus en plus blasée par tout ce qu’elle peut voir sur tous ces écrans. Ainsi donc, tout n’est pas à jeter avec « l’eau du bain des marchands » d’attention (à lire le livre d’Alain GIFFARD, Pour en finir avec la mécroissance, Flammarion, 2009). On peut apprendre avec les ressources numériques. C’est aussi un accès démocratique aux informations et à la formation.

Travailler autrement…
En effet, réseaux sociaux, moteurs de recherche, applications sur Smartphones, encyclopédies et dictionnaires en ligne… changent notre façon de travailler à l’instar du monde de l’entreprise. Travailler en équipe, par projet, individualiser son apprentissage sont maintenant des pratiques à mettre en place ou à généraliser dans les établissements scolaires. Il s’agit juste de trouver un équilibre entre les cours ex cathedra et les méthodes individuelles, actives et connectées aux ressources numériques. Apprendre avec des applications sur Smartphones, se cultiver avec Facebook ou Twitter,… l’imagination est au service des apprentissages et non des outils ou des supports.

Un simple changement de nom ?
Derrière ce changement de nom de CDI à CCC, il est peut-être temps de « reterritorialiser » l’école, d’apprendre à nos élèves à utiliser ces outils, savoir rechercher, « publier », identifier, classer,… s’arrêter… prendre du recul. Cette distance est nécessaire pour séparer bon grain, réelle connaissance… et ivraie, entreprise chronophage, déroutante, lucrative et perpétuelle. Si l’élève a de bons reflexes (cela nécessite des apprentissages au numérique peu dispensés pour l’instant dans le monde éducatif), de bonnes méthodes de travail, il pourra travailler à l’acquisition des savoirs sur les mêmes outils chez lui ou dans un Centre de Connaissances et de Culture.

En conséquence, former les élèves à un usage responsable des TICE (Technologie de l’Information et de la Communication) devrait être une de nos préoccupations majeures. De plus, l’éducation aux médias fait déjà partie de nos programmes, il faudrait développer ce domaine dans toutes les disciplines avec l’appui des professeurs documentalistes. Est-il encore besoin de préciser Centre de documentation ? Le document est partout, multiple, nous vivons entourés de documents comme le montre Jean-Michel Salaün dans son livre Vu, lu, su (La Découverte). Plus que l’information, qui est au centre de notre société, ne devons-nous pas nous occuper de la formation ou des apprentissages au numérique ?

Connaissances, culture, formation, réflexion,… sont des termes importants dans le monde éducatif. L’acquisition de connaissances transformera nos élèves en personnes cultivées et réflexives. Plus qu’un changement de nom, c’est la volonté de donner un nouveau départ à ces lieux et d’être plus en phase avec la société sans pour autant abandonner les valeurs fondatrices de l’école républicaine.

Source : Philippe Chavernac, professeur documentaliste, LP Gustave Ferrié, Paris (75)
Retrouvez le sur son blog : supercdi.free.fr/tablettes

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top