ACTION PUBLIQUE

Expérimentations tablettes-ultraportables dans le Rhône : des résultats intéressants pour la communauté éducative

260120124f21538390629
Au terme de deux trimestres d’expérimentation, plusieurs études ont été conduites par la société TNS-Sofrès dans le but d’identifier des axes de travail et de bonnes pratiques pour le déploiement et la généralisation des usages pédagogiques numériques ainsi que l’équipement des collèges.

Ces études font un constat général : le numérique s’intègre naturellement dans la salle de classe quel que soit le matériel utilisé, mini PC ou tablettes tactiles. Plus précisément, elles sont orientées autour de différents axes de réflexion selon les visions des enseignants, des élèves et des parents :
•    L’intégration du numérique dans les salles de classes pour une pédagogie active et individualisée
•    Les enjeux d’une intégration technique optimale du numérique dans les salles de classes
•    Les atouts et les freins engendrés par la mobilité du matériel

L’équipe de Ludovia Magazine vous offre un bref résumé de l’étude, en pointant certains aspects généralistes, atouts et points négatifs qui nous ont interpelé.

Une mobilité contrariée

Sur les perceptions spontanées, la mobilité du dispositif est particulièrement appréciée, «Avec la classe mobile, ce n’est pas nous qui allons vers l’informatique, c’est l’informatique qui vient vers nous».

Mais une mobilité contrariée quand même par des contraintes structurelles ; un collège qui a plusieurs étages sans ascenseur ou un autre qui a plusieurs bâtiments, cela ne facilite pas le passage du chariot d’une classe à l’autre. D’où la conclusion d’une nécessité de démultiplication des classes mobiles pour assurer sa mobilité effective.

Des bénéfices pour les élèves incontestables

L’usage individuel est vu comme un avantage certain  «Le grand avantage, c’est : un poste, un élève» !

Travail en autonomie, posture active, levier de motivation, facilitation de concentration, effet désinhibant, «On a des élèves qui se livrent plus devant l’ordinateur», sont des atouts relevés par les enseignants. Mais aussi une gratification et une valorisation ressentie par les élèves, d’autant plus importante pour des populations marquées par un sentiment global de dévalorisation.
Enfin, ces outils offrent l’opportunité aux élèves d’apprendre à se responsabiliser et à respecter le matériel mis à disposition.

Des bénéfices aussi pour les enseignants

Parmi eux, on soulignera une facilité de gestion de classe, une souplesse pédagogique avec la possibilité d’improviser «C’est possible de prévoir un cours du jour au lendemain», facilitation pédagogique grâce à certains logiciels qui permettent aux élèves de visualiser quelque chose et donc de favoriser leur compréhension. Et une réduction de la routine !

Sur des aspects négatifs, on retiendra une dimension chronophage de la préparation des cours qui est fréquemment relevée, notamment en l’absence de cadre pédagogique bien défini. «On n’a pas que ça à faire de s’occuper des mini-PC, il faut du temps» ; ainsi que le «temps d’installation», unanimement souligné par les enseignants que certains optimisent en prévoyant systématiquement une activité de début de séance (rappel du cours précédent, exercices, correction d’exercices fait à la maison…).

Au final, des temps d’utilisation minimum de 20 mn.


Une étude intelligemment réfléchie

Les technologies ultramobiles (PC ultraportables, tablettes, smartphones) semblent à priori être très adaptées à un usage au quotidien par les collégiens. Faible poids, faible encombrement, autonomie, facilité d’utilisation, mise en route rapide inviteraient à les glisser dans chaque cartable de collégien en complément de l’utilisation de manuels scolaires numériques.

Avant d’avancer dans des investissements qui vont être pris en charge par les familles ou la puissance publique, Erasme, conduit par le Département du Rhône, a souhaité s’interroger sur les véritables possibilités pédagogiques de ces appareils ou contenus et les confronter aux pratiques réelles d’établissements.

C’est dans ce cadre qu’ont été conduites ces expérimentations autour des tablettes et ultraportables au collège.
(Christophe Monnet, Erasme, janvier 2012)

Plus d’infos :
Retrouvez tous les détails de cette étude, notamment le bilan par collège, les attentes des enseignants sur : www.erasme.org/

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top