Réseaux sociaux

L’e-école du spectateur pour des étudiants de l’IUFM de Foix

Les constats sur la réflexion à apporter dans le cadre de leur enseignement :

Les étudiants et la fréquentations des oeuvres culturelles en général :
+++ la musique, la micro vidéo
+ le cinéma, les séries TV (le film)
– la littérature, les arts vivants (théâtre, danse, cirque)
– – : l’art contemporain, les musées

Conséquences sur le département de l’Ariège ou surlignage de quelques enjeux :
– Faibles fréquentations des lieux de cultures en dehors des orientations de prédilections
– Faible connaissance des lieux et acteurs cultures sur le département
–> un usage réduit pour de futurs pratiques professionnelles (enseignants ou autres)

Les constats sur les usages du numérique mobile en général :
++ utilisations des réseaux sociaux (échange de “bon plan”, récit de vie, clavardage, égo-promotion, …)
+ profil de digital natives, mais …
–  faible diversité des ressources numériques utilisés
– – conscience faible d’une identité numérique en train de se construire

Conséquences sur le département ou surlignage de quelques enjeux :
–> accompagner les usages, les amener dans de nouveaux terrains (celui de la culture et des blogs)
–> digital humanities

En intégrant les remarques précédentes il est proposé aux étudiants de participer avec des outils numériques aux “dégustations de saison” organisées par la scène nationale de Foix (www.lestive.com). Leur participation est envisagée sous l’angle de la contribution.

Le principe est relativement simple, au dispositif organisé par l’Estive, l’équipe de l’IUFM et les étudiants rajoute une “enveloppe communicante” par le biais de 2 réseaux sociaux (facebook et twitter). Sur le côté pratique, cela veut dire qu’en plus du public habituel, un second groupe constitué de 6 à 10 étudiants sera présent dans le lieu des dégustations et à l’aide de machines (ordinateurs, tablettes ou smartphone) fabriquera du micromessage en direct.

Ces micromessages pourront renvoyés à des ressources web associées aux artistes ou aux produits proposés (vidéos, textes, images, blogs…) ou pourront exprimer ce qui se passe en direct (microjournalisme) et le partager via le réseau social.

Ce dispositif permet donc au final :
– d’exposer à des personnes non présentes ce qui se passe (–> il se passe des choses en Ariège !)
– de conserver quelques microtraces de ces moments (–> école du spectateur avec une mémoire)
– d’enrichir la dégustation par des médias associés (–> vers une réalité augmentée)
– de mettre les étudiants dans un posture distincte de celle de spectateur traditionnel (–> interroger son regard, le partager, contribuer, exercer une nouvelle responsabilité)

Les conditions de réussite du projet
Il apparait évident que des moments de préparations sont nécessaires en amont de la performance microjournalistique.

Maitrise de la réalisation de micromessage : (IUFM)
– entrainement et questionnement sur la fabrication de ces micromessages
– connaissance et appropriation des logiciels (les grains fin de Facebook, les interfaces liées à Twitter …)

Se documenter en amont : (IUFM et Estive)
sur les univers et les travaux des artistes récus
sur la connaissance des dispositifs et d’écritures théâtrales
se questionner sur le regard du spectateur

@Ludomag était présent pour suivre et participer à l’expérience sur twitter le mardi 6 décembre de 19H00 à 21h00. Tous les tweets sont à retrouver sur le fil #degustationsFoix

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top