RETOURS D'USAGES

Le Web 2.0, pratique pour l’enseignement des langues

051020114e8c72c6b3948Et ce, car il ne nécessite pas «trop» de matériel et il est simple d’utilisation pour tout le monde. C’est en tout cas ce que croit Emilie Fournier, professeur d’anglais au lycée Montchapet de Dijon, grande utilisatrice du web 2.0, que nous avons interviewé.

Ludovia Magazine : comment se concrétise l’utilisation du web 2.0 dans vos classes (1ère, Terminale et BTS) ?
Emilie Fournier : J’ai créé un blog  qui s’appelle  «a Piece of Cake» car quand on dit que quelque chose est «a piece of cake», c’est que «c’est facile comme bonjour», donc l’anglais c’est facile !

Bon résumé de cette jeune enseignante qui a souhaité d’entrée de jeu «dédramatiser» l’apprentissage des langues, souvent vu comme quelque chose d’insurmontable par les Français.

LM : D’où vous est venue l’idée de créer un blog pour faire travailler l’anglais à vos élèves ?
EF : C’est lors d’un master en didactique des langues vivantes étrangères et TICE  qu’un formateur m’en avait parlé. J’ai aussi eu la chance de travailler en tant que professeur de français dans un établissement  étranger (via le programme Jules Verne qui vise à la mobilité des professeurs en Europe).
Mon expérience au  lycée Lysander High School, en  Grande Bretagne, m’a aidé à comprendre l’intérêt de cet outil car le lycée avait une plateforme éducative que toute la communauté éducative appréciait. J’utilise le blog depuis 4 ans pour environ 150 élèves mais tout le monde peut y avoir accès sur internet.

LM : En quoi consiste ce blog ?
EF : Je dépose sur le blog articles, documents, vidéos par niveau de classe ; j’utilise des documents libres de droit telles que les vidéos sur Youtube et dailymotion qui ne posent pas de problème de copyright. Les élèves peuvent ensuite se perfectionner quand ils le souhaitent (à la maison ou pendant les vacances). Chaque année, je vide les dossiers par classe pour les rendre vierges et je complète au fur et à mesure de l’année mais je laisse à disposition d’autres dossiers pour les révisions.

LM : Quelles compétences cela développe t-il pour les élèves ?
EF : la compréhension écrite et orale : lire des articles et écouter des documents audio (conversation téléphonique, enregistrements radio, vidéos) qui sont authentiques. D’autant que ce sont des sources fiables qui ont été vérifiées et approuvées par l’enseignant. Il n’y a pas de perte de temps pour l’élève à chercher des informations sur internet.

LM : Le blog prévoit il également une forme d’évaluation des compétences ?
EF : En effet, la mise en ligne d’une ressource s’accompagne d’un travail de vocabulaire, grammaire… sous forme de QCM par exemple. L’élève peut donc vérifier si il a compris le texte ou la vidéo qu’il vient de lire ou d’écouter. Il peut s’auto-évaluer ! Cette partie du blog est encore en construction mais j’espère parvenir à créer de nombreux supports assez vite.

Une méthode plus dynamique, plus riche pour apprendre les langues… qu’en pensent les élèves ?

LM : Est ce que vous pouvez en déduire une meilleure motivation de vos élèves à apprendre l’anglais ?
EF : Les TICE rendent la langue étrangère plus «vivante» à leurs yeux. D’autant que l’activité du blog permet une implication de l’élève.

Emilie nous explique qu’elle met à disposition des élèves une «webquest» en ligne (recherche sur internet d’informations précises sur un sujet, le tout guidé).

Avec cette méthode, l’élève est acteur.

« En classe de BTS notamment, je  traite de moins en moins un sujet sans que les élèves aient eux même cherché de l’information sur ce sujet (comme en situation réelle de la vie quotidienne).
La démarche est heuristique, c’est eux qui font la découverte du thème abordé pour ensuite creuser dans les détails en cours, de façon quelquefois plus traditionnelle
« .

LM : Quels sont les «+» pour un élève de travailler sur un blog ?
EF : Outre les compétences que nous avons déjà évoqué, Il y a la  possibilité de mettre en ligne des supports différents selon les niveaux des élèves ; par exemple, on peut penser à une «webquest» en pédagogie différenciée, qui aide les plus faibles. Les élèves travaillent à leur rythme et selon leurs facilités alors que dans un cours traditionnel la pédagogie différenciée est plus difficile à mettre en place.

Un blog bien alimenté et vivant, les clés de la réussite de cet outil. Mais combien de temps faut-il pour y parvenir ?

LM : La création d’un blog demande quand même un gros travail de préparation en amont pour l’enseignant ?
EF : C’est en effet assez chronophage de mettre des documents sur le blog mais cela permet de le faire vivre et on peut garder les infos et liens glanés au fil des années ; donc à long terme, on gagne du temps car les ressources pour les élèves sont toutes répertoriées.
Et c’est tellement pratique d’arriver le matin et cliquer sur notre blog dans nos favoris et d’avoir tous les documents sous le coude !

LM : Justement, ce temps de «démarrage» risque de provoquer quelques réticences de la part de certains enseignants. Qu’en pensez-vous ?
EF : il faut savoir s’adapter aux changements car les élèves le font très vite, eux, et nous devons suivre et même anticiper les tendances.
Le web pédagogique m’a aidé à créer mon blog ;  de plus, il propose un forum pour les profs qui veulent échanger sur les problèmes techniques ou sur leur pratique. Je n’aurais jamais conçu un site moi-même, je n’ai pas les compétences !

LM : Travailler sur un blog nécessite d’avoir un minimum de matériel, en classe et à la maison. L’équipement n’est pas toujours suffisant dans les établissements et dans les familles. Quel est votre point de vue sur la question.
EF : J’ai la chance de travailler dans un établissement bien équipé (établissement pilote pour les TICE) donc je peux travailler dans de bonnes conditions.
Il est vrai que tous les élèves ne possèdent pas le matériel nécessaire mais ils ont la possibilité de l’utiliser au lycée (des ordinateurs sont mis à leur disposition) et par ce biais ils se servent souvent de la plateforme numérique en ligne du lycée qui est indispensable elle aussi.

En conclusion sur la notion de «partage» qui fait tout l’intérêt du web 2.0, on note des atouts incontestables pour l’apprentissage des langues :

•    Pour un élève en difficultés : possibilité de revoir un document vidéo étudié en cours si il a besoin de le réentendre plus de fois que ses camarades.
•    Pour un élève absent : possibilité de regarder en ligne le document étudié en classe.
•    Pour tous : possibilité de revoir les documents étudiés en cours  avant d’apprendre sa leçon, pour éclaircir un doute ou revoir un détail.
•    Possibilité de contacter le professeur par le biais du blog, «partie commentaires».
•    Ou de laisser des commentaires à propos des documents, des questions, ou des suggestions…  le professeur les publie ensuite.

En bref, c’est un travail d’équipe qui a l’air de bien fonctionner pour Emilie Fournier qui, très modeste, ne parle qu’un «début» quant à l’usage des TICE dans son enseignement. Début très prometteur dirons-nous…

Plus d’infos :
Blog d’Emilie Fournier : lewebpedagogique.com/emilie8
Le web pédagogique : lewebpedagogique.com
Lycée de Montchapet de Dijon :  lyc21-montchapet.ac-dijon.fr

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top