Espaces Numériques de Travail

Au lycée Pardallhan d’Auch, le papier laisse place à l’ENT

260420114db6948b854d3
«Concernant la partie administrative, j’ai recherché les points forts de cet outil, mon but étant de remplacer le papier par le numérique. Actuellement, nous n’utilisons plus du tout de papier, même les documents officiels (ex : les circulaires) sont sur l’ENT», nous explique Pierre Martin.

Sur la partie pédagogique, il nous confie s’être appuyé sur un enseignant tout aussi motivé que lui ; ils ont créé ensemble un comité d’enseignants comprenant un représentant de chaque discipline.

Ce chef d’établissement a souhaité «imposer» une nouvelle façon de travailler avec l’ENT. Il ajoute «personne ne peut dire qu’il n’avait pas telle ou telle information, tout est sur l’ENT et tout le monde sait l’utiliser et a l’obligation de l’utiliser s’il veut être informé».

Comment cette révolution a t-elle été ressentie par l’équipe enseignante ?
Apparemment ces bouleversements ont été bien perçus par les professeurs car l’ENT permet le travail à domicile. «Les profs préfèrent travailler chez eux, ils peuvent consulter les agendas de l’établissement et de la direction, noter les absences, regarder les devoirs des élèves…., l’enseignant peut tout faire de chez lui et ça lui plaît» !
D’un point de vue pédagogique, certains enseignants mettent leur cours sur l’ENT, les devoirs, les corrigés… «C’est un outil qui a permis le travail en équipe ; les enseignants échangent leur ressource, travaillent beaucoup plus ensemble», nous confie Pierre Martin.

«La communication a franchi les murs du lycée», déclare Pierre Martin. Et c’est bien là tout l’intérêt de l’ENT.

Concernant les parents, il nous confie que certains ont des difficultés à adhérer à l’ENT ; aucune formation ne leur a été proposée, car les parents avouent manquer de temps ; par contre, des explications leur sont apportées à chaque réunion. L’établissement essaie de convaincre les plus réfractaires, en leur montrant, par exemple, qu’ils peuvent consulter l’ENT pour connaître les absences de leur enfant. Chaque parent se voit attribuer, par le Rectorat, un mot de passe dans le courant du mois d’août.

Sur environ 1300 élèves au lycée, on compte 1400 à 1500 parents. Un rapide clin d’œil sur la proportion d’utilisation de l’ENT par les différentes communautés nous confirme que l’engouement des parents pour cette nouvelle technologie n’est pas à son maximum. Le mercredi 20 avril, par exemple, sur 600 connexions, on note 63% d’élèves, 26% d’enseignants et 6% de parents !

«L’adhésion des parents est la partie la plus délicate à traiter», souligne Pierre Martin.

Concernant les élèves, les chiffres ne trompent pas ; ce sont bien eux qui s’approprient le plus facilement ce nouvel outil.  Pour Pierre Martin «il faut faire en sorte que les élèves aient une utilisation intelligente d’internet. Nous devons réussir à captiver avec l’ENT les enfants qui, à la maison, passent leur temps sur internet et les réseaux sociaux. L’Education doit surfer sur cette vague, c’est un passage obligé».

Pour conclure, ce chef d’établissement convaincu nous livre son sentiment sur l’ENT : «c’est une révolution dans les comportements des élèves, des parents et des enseignants, mais l’ENT est un outil qui demande à être simplifié et amélioré».

Et comme cet établissement tient à «rester dans la course» en matière de TICE, il étudie la possibilité de s’équiper, dès la rentrée prochaine, en tablettes numériques.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top