RETOURS D'USAGES

Tablettes numériques vs PC en salle de classe : retour d’expérience


Une nouvelle approche matérielle

Avec le parc de tablettes, je vais beaucoup moins en salle pupitre ou informatique, je peux l’utiliser 10 minutes, et puis revenir au cours classique, rien à voir avec l’utilisation d’un PC ou notebook qui demande un temps de chargement du système assez important ce qui implique des sessions plus longues sur machine. L’une des contraintes rencontrées est que les applications sur PC ne sont pas les mêmes sur tablettes (Word, excel, Powerpoint), mais que sur les « stores » comme Apple-store, on trouve des équivalents (stores qui comptent des millions d’applications).

Ainsi, on doit pour le moment faire cohabiter les PC avec les tablettes mais l’avantage, c’est que l’on peut faire fonctionner les élèves en atelier, y compris en extérieur car même si ces matériels semblent fragiles, ils sont assez pratiques pour ce type d’activité (prise de son, de photos, de vidéos, ..).

Pertinence pédagogique d’une tablette : essai de synthèse

Même si ces réflexions sont encore au stade de l’élaboration et tiennent compte des essais et des expérimentations effectuées sur une courte période, nous proposons les grandes lignes d’une synthèse de pratiques en classe.

Je souhaitais une collaboration avec les élèves et les tablettes sont idéales pour ça car avec des petits outils de type « dropbox », on peut mutualiser la production des élèves et ça alimente également mon ENT de manière considérable. Avec la tablette une fois bien choisies les applications, on gagne beaucoup de temps par rapport au PC.

Tout est transparent du point de vue technique avec la tablette contrairement avec un PC, on peut se concentrer sur ce qu’on doit produire et non pas comment on va le produire, la question du logiciel n’est plus centrale, on peut se concentrer seulement sur les tâches à effectuer.

Avec les tablettes, l’effet mode est indéniable et les premières séances avec des tablettes sont parfois dénaturées par la primauté et le côté « gadget » et nouveauté de cet outil, mais après plusieurs séances, on peut se concentrer sur l’intérêt inhérent du support.

Sur tablette, les productions sont nativement collaboratives, on peut s’entraider, se corriger.

Les écueils rencontrés et les questions pour l’avenir

La première question est celle du choix des tablettes (modèles, marque, configuration, potentiel d’applications, …), la deuxième interrogation est comment repenser sa pédagogie en utilisant ces outils, quel impact sur l’apprentissage cela aura-t-il. Le réseau, le wifi, la connectivité, les risques, font également partie des interrogations. La dernière interrogation qui devient essentielle lorsqu’on pense à une généralisation des pratiques et un accroissement du parc : comment gère t-on un parc de tablettes ?  Avec 30 tablettes en expérimentation tout est gérable car on reste dans une dimension à l’échelle d’une classe, pour un déploiement de 1000 unités et la gestion des applications, les mises à jour, comment va t-on faire ?

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top