RESSOURCES NUMÉRIQUES

Le manuel scolaire à l’heure du numérique. Une « nouvelle donne »

260120114d3fdc7568781
En 1998, l’inspection générale s’était déjà interrogée sur la place, la nature et les usages du manuel scolaire en France. La mission confiée en 2010 à l’inspection générale, au moment où est menée une expérimentation d’usage des manuels scolaires numériques ou numérisés à travers les espaces numériques de travail, permet une approche renouvelée du sujet.

Ce rapport de 98 pages (y compris les annexes) donnent des orientations et proposent des recommandations organisées en six axes structurants, elles sont proposées, d’une part, au plan stratégique, d’autre part, au plan opérationnel.

En préambule à ces recommandations, les inspecteurs généraux auteurs du rapport, Alain Séré et Alain-Marie Bassy, précisent que « l’emprise du manuel scolaire sur les principales problématiques de l’École est considérable ; son adaptation ne peut être dissociée des réponses que le système éducatif élabore pour faire face à ses missions ».

Ils ajoutent que « les inspections générales sont convaincues d’avoir à observer, étudier et comprendre les logiques nouvelles qui viennent restructurer l’École » et précisent que. Les recommandations formulées dans ce rapport sont constitutives d’un nouveau projet politique (une « nouvelle donne ») pour la ressource éducative.

Les cinq axes de recommandations du rapport :
1. Les élèves sont formés et accompagnés dans la maîtrise des environnements pédagogiques, des manuels, des réseaux, des supports numériques et cet objectif figure dans les missions de l’enseignement scolaire

2. La chaîne des prescriptions en matière de manuels, de ressources et d’outils pour l’enseignement est maîtrisée

3. Les manuels scolaires répondent à des exigences de conformité aux cahiers des charges liés aux programmes, mais aussi de plasticité pour pouvoir s’adapter au profil des différents utilisateurs, aux finalités et aux conditions d’utilisation. La complémentarité des supports imprimés et numériques est privilégiée afin de résoudre le problème récurrent du poids des cartables

4. La répartition des responsabilités entre l’État et les collectivités territoriales en matière de ressources pour l’enseignement est clarifiée. Les modalités et les conditions d’accès aux manuels et aux ressources dans l’école, au collège et au lycée sont réaménagées

5. La formation initiale et continue des enseignants et des corps d’inspection pédagogiques inclut l’acquisition de compétences en matière de choix, de qualification et d’utilisation de manuels, de ressources et d’outils pour l’enseignement

On notera que seul le point 3, ne comporte pas de propositions opérationnelles ! De là à dire qu’on n’a pas trouvé d’idées opérationnelles pour l’allègement du poids des cartables…où s’agit-il d’une coquille ?

Télécharger le rapport dans son intégralité sur EducNet

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top