RETOURS D'USAGES

Une école rurale à la pointe du numérique

Pour 3 classes, l’école compte 2 TBI et une classe mobile. Pour l’instant l’ENT (iconito) est en place à titre expérimental ; il est surtout utilisé pour la mise en ligne du blog de l’école, sur lequel chaque jour est relaté un événement important de la journée.

«C’est un moment de langage important pour les enfants qui permet de clôturer la journée», nous confie Teddy Gracia.

Dès la rentrée et après réunion d’information pour ne pas dire de «formation»  avec les parents, l’ENT sera effectif et on pourra y trouver les fiches de liaison, les bulletins, les évaluations… mais également permettre les échanges entre enseignants. «L’ENT permet de faire plus d’activités à moindre coût», ajoute le Directeur d’école.

Sur la vague du numérique, l’école utilise également la visioconférence pour l’apprentissage des langues.  Chloé Dedieu, enseignante en cycle 2, utilise la «visio» pour enseigner l’espagnol à toute l’école et pour tous les niveaux, du CP au CM2.

Le projet a démarré par la recherche de correspondants et les candidatures ne manquent pas ! Elle nous confie même qu’elle n’a pas pu répondre à toutes les sollicitations.

La visioconférence apporte réellement quelque chose à l’apprentissage de la langue ; pour cette enseignante convaincue, «ça donne du sens à la langue d’échanger en direct».

Une classe d’Aragon apprenant le français a donc répondu présent. L’échange n’a démarré qu’en fin d’année. «L’idéal serait de commencer ce travail dès le début d’année pour que la relation entre les enfants s’installent vraiment», ajoute t-elle.

La première prise de contact s’est fait autour d’un jeu «Qui est-ce ?», où les enfants devaient deviner qui est la personne «mystère» en posant plein de petites questions : «Est ce qu’il est brun, blond ; est ce qu’il a des lunettes…». Elle s’est terminée en chanson, dans les deux langues, français et espagnol.

Deux autres séances ont eu lieu sur différents sujets : présentation de projets effectués pendant l’année comme une expérience sur un vivarium de vers de terre, une expérience sur l’eau, projet d’un herbier virtuel «européen» mis en commun sur e-twinning…

Deux séances programmées n’ont pas eu lieu, pour des raisons techniques (mauvais son, problème de connection). Chloé Dedieu insiste sur l’importance d’une aide technique pour utiliser ce genre d’outil. Pour elle, une personne est indispensable pour aider l’enseignant dans la mise en place et l’utilisation efficiente de la visioconférence. Dans le cas de l’école d’Artigat, c’est l’animateur TICE Emmanuel Subrenat, qui a joué ce rôle.

«Il ne faut pas oublier que c’est une séance pédagogique au même titre que les autres et que donc elle se prépare rigoureusement. Et c’est avant tout dans cette préparation que nous (animateurs TICE) devons être présents avec les enseignants pour pouvoir les former à l’intégration de la visio et des TICE en général dans leur pratique de classe», a déclaré Emmanuel Subrenat.

Et il ajoute «Globalement c’est un des aspects que nous retrouvons souvent dans les formations, à savoir que l’intégration des Tice comme de n’importe quel matériel nouveau demande une réflexion pédagogique et organisationnelle».

Bon, une fois les quelques soucis techniques mis de côté, nous avons là un bon exemple pour aborder l’apprentissage d’une langue étrangère dans le premier degré.

Plus d’infos :
retrouvez l’équipe enseignante de l’école d’Artigat sur la journée dédiée au premier degré à l’Université d’été de Ludovia, mardi 30 août, renseignements et inscriptions ludovia.org/2011.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top