ACTION PUBLIQUE

Résultats du plan DUNE de Luc Chatel : vers plus de collaboration ?

Plan DUNE

Cinq groupes de mots pour résumer les objectifs de ce plan : ressources numériques qualitatives, accompagnement des enseignants, partenariat collectivités territoriales, généralisation des ENT, usage responsable des TIC par les élèves.

Sans vouloir être trop catégorique, disons que le premier objectif est à peu près rempli et qu’on est encore loin du compte pour les autres. Mais ces propos sont, bien entendu, à nuancer.
Nous pouvons déjà apporter une nuance par rapport au temps écoulé : un peu plus d’un an pour réussir un chantier d’envergure, ce n’est pas très long. Ce rapport, assez complet et autocritique, a le mérite d’exister et permettra sans doute d’apporter les améliorations nécessaires pour la poursuite et la réussite de ce plan.

Le « catalogue chèque ressources » (CCR) : la partie la plus visible du plan

Le plan a été mis en place pour combler un déficit : celui des usages. De plus, il s’est opéré dans un contexte budgétaire contraint. L ‘énergie et les forces (et 80% du budget) se sont concentrés dans la première phase sur « la véritable innovation du plan, son premier axe : la mise à disposition de ressources numériques ». Les matériels et différents équipements étant bien installés (pour la majorité financés par les collectivités locales), le manque de « matière » était pointé du doigt.

C’est ainsi que l’opération Catalogue Chèque Ressource a vu le jour. Une difficile mise en route, dûe à des contraintes multiples, a retardé l’arrivée des nouvelles ressources dans les établissements – « si le CCR a été ouvert (discrètement) fin novembre 2011, les premières commandes significatives de la part des établissements-majoritairement les collèges- et des écoles ne sont intervenues que fin janvier ou début février 2012 ».

D’autres aspects tels que la classification des ressources dans le catalogue, où l’enseignant se perd, sont des points négatifs relevés: « les enseignants dénoncent son manque de commodité et d’ergonomie : pas de vision globale pour un niveau, une discipline ou une thématique, pas de repérage par année et par programme, pas de recherche possible par mot-clé, lenteur de la consultation, incomplétude de certaines notices, absence d’information utile sur le produit, sauf à pointer chaque fois sur le site de l’éditeur  (…)».

Des modifications ont été apportées pour la prochaine phase du plan, notamment un travail de concertation avec les enseignants pour connaître leurs besoins. Il semblerait en effet que le CCR ait été élaboré par le « haut » de la structure institutionnelle et par les éditeurs, les principaux intéressés (les enseignants) ayant été (encore ?) laissés de côté. Pourtant le numérique n’est-il pas censé favoriser le travail collaboratif ?

La formation des enseignants et l’animation du dispositif : deuxième objectif non atteint

« La principale innovation du plan réside dans la mise en place de professeurs référents pour les usages pédagogiques du numérique dans chaque établissement ». Ces enseignants devaient d’abord être formés pour pouvoir former les autres. Et c’est là que le bât blesse. Des contraintes organisationnelles et financières n’ont pas permis de réaliser pleinement cette mission, pourtant très pertinente.
Il est à noter que la formation est devenue une priorité pour la deuxième phase.

Une articulation contraignante à une politique volontariste de développement des ENT

Dans le cahier des charges adressé aux académies désireuses de mettre en place DUNE se trouvait l’obligation d’utiliser un ENT. Mais cette mention n’a pas toujours été respectée, certaines académies ayant été retenues sur simple « lettres d’intention ».

Dans les faits, il s’est avéré que des solutions diverses et variées ont été mises en place au niveau local, départemental ou régional, favorisant le plus souvent les aspects pratiques et pédagogiques. L’ENT étant ressenti comme « une usine à gaz », un handicap pour certaines utilisations (comme par exemple l’utilisation de certaines ressources numériques en ligne), les collectivités ont plébiscité des solutions légères faciles à mettre en œuvre et moins coûteuses.

D’autre part, un mouvement de création a été constaté à des degrés divers –  (Envole (solution logicielle Eole) à Créteil, Argos (solution logicielle Ilias) à Bordeaux  – « mais on n’a pas enregistré la réalisation de nouveaux ENT à la faveur du plan DUNE », soulignent les IG dans leur rapport.

Un déficit de concertation avec les représentants nationaux des collectivités locales

Le plan DUNE était censé favoriser la reprise et l’harmonisation des échanges avec les collectivités. A ce jour, sauf quelques cas isolés, peu de nouveaux partenariats ont vu le jour.
Plusieurs partenariats existaient déjà entre académies et collectivités territoriales avant le plan DUNE, notamment par la dynamique ENT depuis 2007. « Le plan DUNE se traduit donc plutôt par un effet « catalytique » pour des projets déjà prévus que par une refondation des politiques partenariales ».

Comme l’expliquent les IG, le code de l’éducation étant encore imprécis pour définir les obligations respectives de chacun, il est à supposer que les collectivités sont encore frileuses à s’engager avec l’Etat sans avoir les garanties d’une formation et d’un accompagnement des enseignants une fois leurs investissements réalisés.

Si il s’avère que les engagements de formation sont tenus en 2ème phase du plan, la réalisation de ce quatrième objectif en sera largement facilitée.

La formation aux usages responsables : des réalisations modestes, malgré l’enjeu reconnu et les intentions affichées

Les académies tentent tant bien que mal de prendre en charge cette mission par différentes actions telles que la validation des items du B2i, la signature (par les élèves et les enseignants) d’une charte sur le bon usage des TIC, des conférences d’information destinées aux élèves ou encore l’intervention de correspondants « informatique et liberté ». Les collectivités territoriales mettent parfois leur pierre à l’édifice (réalisation de brochures d’information par exemple dans le département des Bouches du Rhône).

Néanmoins, toutes ces actions semblent insuffisantes et surtout uniquement à destination des élèves ou enseignants et jamais des parents.
L’éducation à l’usage des médias numériques ne semble pas encore être intégrée à l’Ecole.

En terminant sur une note optimiste, bien que toutes les réalisations n’aient pas encore abouti ou même démarré (mais il bien trop tôt pour dresser un bilan complet), les IG parlent du rôle de « levier » que joue le plan DUNE dans les académies déjà engagés dans le numérique.

Ils déplorent que tous les œufs (comprenez, les euros) aient été mis dans le même panier à savoir les ressources numériques éditoriales, détournant, d’après eux, la vocation première du plan « la pratique pédagogique, les usages et donc la formation ».

Oubliés aussi les enseignants et leurs « référents numériques » qui devraient, à l’aveni,r être invités à travailler en réseau.

Les notions de partage et de collaboration si souvent plébiscitées lorsqu’il s’agit de pointer les atouts du numérique vont-elles enfin être mises sur le devant de la scène ?
Réponse au prochain rapport de l’IGEN sur le plan DUNE…

Plus d’infos :
le rapport complet ici

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top