recherche

Plaisirs et éthique ; esthétiques et connaissances : des serious games aux art games

040620124fcc60d080192
Dès lors, il est nécessaire pour tout concepteur d’un jeu sérieux de penser non seulement le plaisir du joueur mais aussi le plaisir que celui-ci ressentira lors de l’acquisition de la connaissance. On reconnaît ici le problème qui consiste dans l’articulation, voire la fusion entre les plaisirs propres au jeu et ceux d’une connaissance à acquérir. Autrement dit, le concepteur d’un jeu sérieux doit-il privilégier une approche intrinsèque entre le jeu et le savoir ou bien, doit-il, au contraire, dissocier les moments de jeu des moments de transmission d’une connaissance ?

C’est par une comparaison entre deux jeux que nous construirons des éléments de réponse pour trancher dans ce débat.

D’une part, le serious game Food Force, créé pour et financé par l’ONU ; d’autre part, le art game Passage conçu par l’américain Jason Rorher. Cette comparaison nécessitant une réflexion sur la qualité du plaisir que tout jeu sérieux doit procurer, nous nous appuierons à cette fin sur un grand livre traitant des plaisirs et de leurs différentes natures et qualités : le Philèbe de Platon.

Forts des analyses platoniciennes, nous verrons que c’est précisément par l’examen de la nature du plaisir que le problème éthique des serious games peut être éclairé. De même, nous verrons la raison pour laquelle ce que nous nommons une esthétique de la réplétion convient le mieux à tout jeu possédant une dimension sérieuse et dans quelle mesure cette esthétique privilégie une articulation naturelle entre le plaisir de jouer et la connaissance en jeu.

Enfin, en prenant au sérieux les leçons pédagogiques induites par les grands mythes et allégories qui jalonnent l’œuvre de Platon, nous apporterons des éléments de réflexion sur le plaisir dans le serious game en défendant la thèse que le récit de l’histoire, du scénario d’un jeu sérieux doit être allégorique afin que le joueur se heurte à des énigmes et qu’il comprenne que le jeu, à lui seul, ne peut les résoudre ; et que le meilleur des plaisirs n’est pas dans le fait de gagner mais de résoudre, par lui-même, l’énigme…

Source : Pierre J. Truchot
Retrouvez le sur le colloque scientifique de l’Université d’été de Ludovia, du 27 au 30 août à Ax les Thermes (voir le programme ici)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top