MANIFESTATIONS

Enseigner à l’heure du numérique

210520124fba055a3a88eLa conférence a été conçue et mise en œuvre avec la collaboration avec Caroline Jouneau-Sion. Elle a permis l’intervention à distance de François Jourde, enseignant à l’Ecole Européenne de Bruxelles, Clément Martin, ingénieur et «Edu’Hackeur» des Nouveaux Etudiants et Steve Wheeler, professeur à l’Université de Plymouth, UK.

Malgré la configuration du cours (269  étudiants dans un amphithéâtre) la conception de la conférence visait à :
–    rendre un cours magistral interactif ;
–    montrer à de futurs enseignants les opportunités et les défis de l’enseignement avec le numérique.

Afin de permettre aux étudiants d’intervenir avant le cours et de participer pendant le cours un blog (http://enseigner2point0.wordpress.com/) et un fil Twitter (#ticeens) ont été mis à leur disposition. En effet, Eric Sanchez souhaitait que les échanges puissent anticiper la conférence et se poursuivre après, pour rompre avec le côté frontal du cours magistral.

De plus, un autre moyen pour introduire de l’interactivité dans l’amphithéâtre pendant la conférence a été introduit : les étudiants ont dû répondre à des questions avec des boîtiers de réponse eInstruction. Avec 269 boîtiers connectés, les réponses ont fusé et le panel a été suffisamment large pour dégager des tendances.

Passée la première réaction des étudiants qui entraient dans l’amphithéâtre (« On passe le code ? »), la prise en main des boîtiers s’est effectuée rapidement et, tout au long de la conférence, différents types de questions leur ont été posées :
–    des questions à choix multiple comme «quels sont les réseaux sociaux que les étudiants consultent lorsqu’ils sont en amphi»? ou une demande d’évaluation de la conférence.
–    Des questions de type «brainstorming» : «Donnez un mot qui vous vient à l’esprit quand on évoque les liens entre numérique & éducation». Grâce aux boîtiers de réponse CPS Pulse, il est en effet possible de saisir des textes courts. Les multiples réponses envoyées peuvent alors être affichées immédiatement et discutées ou analysées plus tard.

Les réponses en temps réel et l’affichage des résultats permettent à la fois d’avoir facilement un panorama des réponses et d’initier une discussion.

L’interaction avec l’amphithéâtre s’est également faite par le biais de Skype avec les 3 intervenants prévus : François Jourde, Clément Martin et Steve Wheeler. Qui donnaient chacun leur point de vue sur l’introduction du numérique en classe, dans différents environnements éducatifs.

Par ailleurs, grâce à Twitter, les étudiants ont pu questionner leurs interlocuteurs, soumettre des idées en direct ou donner leur réponse au défi que leur a été proposé. «Trouvez une approximation du périmètre de la France en 1813 utilisant un argument purement mathématique et exprimez votre réponse dans une langue étrangère et sous une forme littéraire de genre poétique (sauf poésie en prose)». Ce défi avait pour but faire travailler les étudiants de manière collaborative, en interdisciplinarité.

En fin de conférence, un temps était réservé aux questions et, utilisant Twitter, un étudiant a demandé quelle était la pertinence de former des élèves à des technologies qui seront vite obsolètes.
L’intérêt de cette conférence a été justement de bien montrer qu’il s’agit non de former aux technologies mais à leurs usages.
Et Eric Sanchez de conclure avec ces mots : «les technologies RENFORCENT l’importance du rôle de l’enseignant».

Plus d’infos sur les intervenants
Eric Sanchez : Maître de conférences à l’Institut Français de l’Education (Ecole Normale Supérieure de Lyon), il dirige l’équipe EducTice-S2HEP. Il est également professeur associé à l’Université de Sherbrooke, Qc (Canada). Il conduit des travaux dans le domaine des usages des technologies pour l’éducation : simulation, modélisation et jeux sérieux.

Caroline Jouneau-Sion : Enseignante en Histoire-Géographie (et donc éducation civique) depuis 12 ans, Caroline est partie d’une réflexion sur les outils numériques dans ses classes pour aboutir à une réflexion sur les changements pédagogiques induits par ces outils. Parce qu’on réfléchit mieux à plusieurs, elle a adhéré à plusieurs associations professionnelles : le CRAP-Cahiers Pédagogiques, les Clionautes, et dernièrement e.l@b Laboratoire – Education – Numérique. Professeure associée à  l’INRP depuis 2007, elle travaille désormais à mi-temps à l’IFé dans l’équipe EducTice.

Steve Wheeler : Steve Wheeler is Associate Professor of Learning Technologies at Plymouth University, in South West England. Originally trained as a psychologist, he has spent his entire career working in media, technology and learning, predominantly in nurse education (NHS 1981-1995) and teacher education and training (1976-1981 and 1995-present). He is now in the Faculty of Health, Education and Society.
More about Steve

François Jourde : Enseignant agrégé de philosophie (depuis 1995), actuellement en poste à l’Ecole européenne Bruxelles I en Belgique, après avoir été en poste à Lille de 2001 à 2009, où j’ai aussi donné un cours de psycho-sociologie de la communication. Il s’efforce d’enseigner une matière académiquement exigeante en élaborant des dispositifs pédagogiques stimulants, notamment par l’usage des outils numériques et sociaux.
“Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire” : il entend articuler cette injonction de Diderot à la nécessité d’éduquer les élèves à un usage éclairé des outils et des réseaux numériques.

Clément Martin : Jeune ingénieur diplômé et actuellement étudiant acteur au cours Simon, Clément est un Edu’Hackeur. Cela fait maintenant un an qu’il est impliqué dans le mouvement des Nouveaux Étudiants et qu’il organise et anime des événements pour favoriser les mutations en termes d’éducation.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top