POINT DE VUE

Il est temps de lancer le «BYOD»

D’un côté les enseignants se voient offrir une multitude de technologies nouvelles dans leur classe mais finalement, les utilisent-ils vraiment ? D’un autre côté, on peut encore observer des étudiants qui crayonnent leurs notes dans un amphithéâtre en écoutant leur professeur leur dicter la leçon. Pour notre enseignant chercheur, il faut passer un cap.
Et pour lui, quoi de plus simple que de mettre sur les devants de la scène la technologie que chaque élève amène en classe.

Dans un contexte économique difficile, toutes les classes ne peuvent pas être équipées en matériel mobile ; voici déjà un de ces arguments.
Souvent, les élèves se voient interdire l’utilisation de leur téléphone portable à l’intérieur de l’établissement ; pour l’auteur, la solution la plus raisonnable pour mettre la technologie au service de l’apprentissage serait pourtant l’inverse.

Il va même pousser jusqu’à déclarer que d’empêcher cette technologie d’entrer dans l’école limite les possibilités des jeunes générations à apprendre ; cela les freine dans leur engouement.

Les futures générations n’apprennent pas comme nous ; c’est aussi pour cette raison qu’il faut les laisser utiliser leurs propres outils à l’école.

Passer du temps et de l’énergie à réfléchir à intégrer le «BYOD» dans l’apprentissage plutôt que d’engager d’éternelles discussions sur des investissements en matériels en tout genre, semble être le conseil que donnerait Lee Dunn.
Et il conclut «Si nous ne faisons rien, la génération suivante sera étouffée par l’école et des barrières s’érigeront, celles que nous avons mis tant de temps à faire tomber»

Plus d’infos :
Retrouvez l’article en VO ici

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top