syndicalisme

Langues vivantes : nouveau prétexte pour saper le statut des enseignants

– D’une part, il annonce, sans plus de précisions dans sa mise en œuvre, la «globalisation» des horaires de langue au collège.
La souplesse de cette approche servirait, sans débourser un euro, à assurer l’enseignement d’une deuxième langue vivante en sixième. Pour autant, les élèves ne bénéficieront pas de plus d’heures de langue au collège.

C’est donc une mesure structurelle d’affichage qui est proposée…ignorant la complexité générée pour les emplois du temps et les rythmes scolaires des collégiens.

– D’autre part, le ministre profite de cette occasion pour annoncer une possible annualisation du temps de travail des enseignants de langues, ballon d’essai pour une généralisation à terme. Habile détour pour remettre en avant cette vieille lune qui consiste à pointer le statut des enseignants comme responsable des maux de notre système éducatif.

Pour le SE-Unsa, il est temps de sortir de la caricature et d’une vision idéologique du métier d’enseignant. L’atout majeur d’un statut est sa définition claire des missions et des obligations de services. En cela, il est protecteur des salariés.

Pour autant, le métier d’enseignant est en mutation. Si sa définition doit être améliorée, cela ne peut relever ni du diktat, ni de la propagande électorale, mais d’une véritable politique contractuelle.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top