ACTION PUBLIQUE

Les Régions demandent à l’Etat de relever le défi du numérique au lycée

Ainsi, une grande majorité de Régions investissent fortement dans la maintenance technique des équipements informatiques et des réseaux, qui ne relève pourtant pas de leurs responsabilités. De plus, la moitié dʼentre elles prennent en charge lʼassistance aux usagers que sont les enseignants, voire organisent des formations aux usages des ENT.

Pourtant, la France est très mal placée (24ème rang sur 27 dans lʼUnion Européenne) dans la maîtrise de lʼoutil numérique en milieu scolaire. Les équipements existent. Encore faut-il que les enseignants et les élèves les utilisent, dʼoù lʼimportance de la formation et de lʼassistance aux usagers, responsabilités du Ministère en charge de lʼEducation nationale. Or, les moyens réellement accordés dans les lycées à lʼassistance de proximité aux enseignants et aux élèves sʼeffondrent. Sans même parler de la réforme catastrophique de la formation initiale des enseignants, les crédits consacrés à leur formation continue étant en constante diminution.

Un an après lʼannonce de son «Plan numérique», lʼARF demande au ministre de lʼEducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative dʼassurer pleinement ses responsabilités. La réduction de la fracture numérique, la lutte contre lʼéchec scolaire et la préparation à lʼinsertion dans la vie professionnelle des lycéens sont à ce prix.

«Les investissements numériques en éducation sont des investissements majeurs pour aller vers la société de la connaissance et ce, dès la formation initiale et dans la formation professionnelle, pour qu’elle soit une chance pour tous et une possibilité pour notre pays de franchir des étapes importantes» déclare François Bonneau, Président de la Région Centre et Vice Président de l’ARF.

«Notre étude se situe dans le cade de l’enseignement présentiel et classique mais aussi pour la formation ouverte et à distance : le numérique constitue une opportunité extraordinaire du moment que ce n’est pas doubler ce qui existe par ailleurs sur le papier, mais la possibilité de mette en oeuvre des stratégies pédagogiques plus performantes, qui permet un suivi personnel et un travail collectif»

«En tant que Région en responsabilité de la formation tout au long de la vie, nous avons fait des efforts d’investissement très importants depuis quelques années : cette réalité se traduit par un taux d’équipement  de 2,7 élèves par ordinateurs et de 2,3 si on prend en compte les lycées professionnels, en 2010 on était à 3, 1 donc une progression de la densité des équipements dans les établissements.»

«Il est important de dire que la quasi totalité des salles sont équipées de vidéoprojecteurs. Sont posés dans cette enquête le problème du matériel, mais aussi des usages et la question est de savoir s’ils sont à la hauteur des investissements effectués et nous posons donc la question de la responsabilité des investissements et de la maintenance et du rapport Etat/Région et avec les éditeurs : il y a en effet des enjeux intellectuels et financiers considérables.»

Les principaux enseignements de l’enquête ARF :

(réalisée de juin à juillet 2011, sur 26 régions, 22 régions essentiellement métropolitaines ont répondu à cette enquête):

Premiers constats : Il y a beaucoup d’investissement dans l’accompagnement humain!

Trois points principaux sont évoqués dans l’enquête :
– la maintenance technique
– l’assistance des usagers
– la formation continue des personnels`

Autres constats

Il est difficile pour les Régions de savoir ce que font les rectorats notamment sur les 3 principaux points de l’enquête ; on évoque que ce sont souvent les enseignants qui s’occupent de la maintenance, alors que dans les établissement agricoles, les moyens sont plus conséquents (c’est le Ministère de l’Agriculture qui finance).

On note au niveau des rectorats que les moyens sont en baisse pour la formation des enseignants aux usages du numérique, notamment à cause de la RGPP : corollaire, les régions investissent de plus en plus car les rectorats investissent moins.

Coté Région, on mesure l’engagement de moyens en ETP (Equivalent Temps Plein), pour les rectorats, ce sont des heures supplémentaires ou des décharges horaires : pas d’homogénéité selon les rectorats, «c’est comme s’il y avait 30 ministères de l’éducation nationale !» clame François Bonneau.

La France est le 4ème pays sur 27 en Europe sur l’équipement informatique des établissements : câblage des lycées, TBI, ordinateurs, tablettes, mais au 24ème rang sur les usages !

En ce qui concerne les ENT : 17% seulement disposent de cahiers de texte, 12% des enseignants utilisent les TICE en France et pourtant 65% en Grande Bretagne (Rapport Fourgous).

Les Régions n’ont reçu aucun financement de l’Etat pour assurer le maintenance du numérique, elles financent donc seules ces efforts sur leurs fonds propres. 

Les heures supplémentaires sont remplacées aujourd’hui par des indemnités pour usage du numérique : il faut clarifier les responsabilités. Interrogeons nous : A quoi cela sert-il de s’occuper de la maintenance si les usages ne bougent pas. Pas de formation initiale des enseignants et très peu de formation continue, une formation de 3 heures va t-elle suffire aux enseignants pour se mettre au numérique ?

«Ainsi, annoncer un « Plan numérique » ne sert, dans ce contexte, à rien», souligne François Bonneau, qui ajoute : «Nous n’avons pas vocation à nous substituer à l’Etat pour assumer la formation au numérique».

En matière de support pédagogique, il y a aujourd’hui multiplicité et juxtaposition des supports ; il faudrait faire des choix ou élaborer des stratégies, «le papier ne va pas disparaitre et nous ne le souhaitons pas, mais nous souhaitons une cohérence au niveau du Ministère. L’autonomie des Rectorats, au niveau des ENT, n’est pas une bonne chose pour la cohérence dans les formats des ressources, notamment pour permettre aux éditeurs de pouvoir développer une offre cohérente nationale comme ils le font sur le support papier».

En dernier point, ajoutons que l’ARF a mis en place un groupe de travail sur le sujet avec le Ministère de l’Education Nationale avec la volonté d’avancer, mais les décisions mettent du temps à venir…

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top