POINT DE VUE

La place du TBI à l’école

0512201250bf4c10ad896
La tentation de la part de l’équipe et du payeur est de placer ce TBI en salle commune, souvent la salle informatique si elle existe encore, où utopiquement tous les enseignants pourraient se partager ce matériel fantastique. Or, l’expérience nous prouve qu’il est aussi inutile de mettre un TBI en salle commune que de fixer les tables et les chaises des élèves au plafond.

Voici pourquoi :

– Le TBI n’est pas un outil spécifique pour travailler l’informatique, même si les élèves acquièrent certains automatismes qui faciliteront le travail sur ordinateur, le TBI est fait pour travailler dans toutes les matières, la salle informatique n’est donc pas sa place.

– Un TBI ne se partage pas comme une TV ou des PC portables, car on en a besoin dans toutes les matières ; de plus, une fois l’outil pris en main, il devient très difficile pour les enseignants de revenir sur un ancien tableau tant la plus value pédagogique est importante.

–  Utiliser un TBI pour les fonctions supplémentaires qu’il apporte par rapport à un vidéoprojecteur demande un investissement personnel et une formation importante, or on ne s’investit pas de la sorte pour un matériel que l’on n’utilisera qu’une heure ou deux par semaine. Si vous avez besoin d’un grand écran pour expliquer ou visionner dans une salle commune, il vaut mieux investir dans un petit vidéoprojecteur à 300€ ou 400€, c’est largement suffisant.

Dans les écoles où le TBI est dans une salle commune, il est très peu utilisé et finit rapidement par ne plus l’être du tout, donc c’est un investissement pour rien.

– Le TBI demande un changement important dans l’approche des préparations des cours mais facilite grandement le travail et la compréhension des élèves dans toutes les matières. Les classes où il est le plus utilisé avec pertinence sont celles qui ont choisi de supprimer le tableau vert ou blanc central et de le remplacer par le TBI en gardant les volets latéraux de leur ancien tableaux vert.

En conclusion, je dirai par expérience que la place du TBI est dans la classe, à la place du tableau central, tout en gardant sur les côtés les deux volets qui permettront de placer des écrits qui doivent rester sur la journée, en cas de panne électrique ou pour les remplaçants qui n’ont pas été encore formés. Cette configuration est celle qui apporte le plus aux élèves et au maître, au niveau pédagogique. C’est également là où l’investissement est réellement rentable car le TBI est utilisé toute la journée.

J’espère que cet article évitera le placement inutile dans une salle commune où le TBI sera utilisé au mieux comme un simple vidéoprojecteur alors qu’il coûte au moins cinq fois plus. La banalisation de plus en plus importante de cet outil dans les classes fait qu’à l’avenir nous pourrions même imaginer plusieurs TBI dans une classe à niveaux multiples.

Plus d’infos sur l’auteur : sur le blog Les TICE dans l’Aude

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top